Les Brasseries de Maxéville

Les brasseries de Maxéville ont marqué l’histoire de la commune dès la fin du 19ème siècle par un site industriel étendu sur plus de 100 000 m², des bâtiments visibles dans le paysage urbain (cheminées, tourailles … ), une activité importante ( centaine d’ouvriers, milliers de litres de bière vendus … ), Son emplacement est stratégique (à proximité de la voie ferrée Paris-Strasbourg, de la route nationale Paris-Metz, du canal, et de six sources d’eau), Sa réputation est nationale et internationale (qualité de la bière, exportation mondiale, inventions par les ingénieurs Galland et Saladin … )

En 1854, une première brasserie artisanale ouvre à Maxéville, la brasserie de Christophe Betting appelée aussi Brasserie Saint-Sébastien, rue de Metz. Elle emploie six ouvriers et a une production annuelle de 4 000 hectolitres.

En 1970, une seconde ouverture de brasserie a lieu: la Brasserie Viennoise par Nicolas Galland. Elle se situe entre le Sauvoy et le domaine de Gentilly. Elle emploie 188 personnes. Seulement sept ans après son ouverture, la brasserie rencontre des difficultés (une trop petite production , un patron absent et plus intéressé par l’expérimentation avec son ingénieur Saladin que par le profit …) qui l’ont conduit à une mise en liquidation. Revendue aux enchères en 1977, la brasserie Viennoise devient la Grande Brasserie de l’Est et annonce un tournant dans sa gestion (volonté de produire plus et de vendre au détriment de la recherche et du progrès scientifique),

En 1882 et 1895, Betting ouvre deux nouvelles brasseries industrielles toujours rue de Metz. C’est en 1898 que la Grande Brasserie de l’Est et la Brasserie Betting, décident de fusionner pour former les Grandes Brasseries Réunies de Maxéville. S’en suit une succession de travaux pour agrandir et moderniser la brasserie par l’architecte Félicien César. Les brasseries emploient alors 390 ouvriers et écoulent annuellement 150 000 hectolitres de bière (blonde et brune). Une période prospère s’amorce, (notamment de 1898-1914) où la brasserie devient l’une des meilleures et des plus connues de France tant par sa quantité que sa qualité (gagne de nombreux concours). La bière de Maxéville s’exporte alors dans le monde entier.

La Première Guerre mondiale apporte avec elle les premières difficultés de la production (approvisionnement, réquisition, rationnement …). Puis la crise de 1929 et la mort accidentelle du directeur Emile Dillon fragilisent encore un peu plus l’entreprise. Et enfin, la Seconde Guerre mondiale sera fatale aux brasseries, les locaux sont réquisitionnés (par l’occupant puis par les alliés) et les approvisionnements impossibles. En 1942, il y a cessation de l’activité. En 1947, la société est trop fragile pour relancer la production et les locaux sont cédés aux Caves de la Craffe.

Cette carte postale publicitaire annonce fièrement « Bière de Maxéville, c’est toujours la meilleure ». Le personnage était appelé « Gambrinus », personnage légendaire, surnommé le roi de la bière. Il a pour origine le roi Jean Ier qui a, un jour, fêté une victoire par un festin bien arrosé de cervoise. A la fin du repas, il chevauchait un tonneau avec une chope à la main, d’où le surnom de « Roi de la Bière ».
Cette carte postale fait partie d’une série d’une quarantaine d’autres cartes postales concernant les Grandes Brasseries Réunies de Maxéville. Jaugeage des fûts.
La mise en bouteille
L’arrivée de la futaille
Les ateliers de réparations.
La tonnellerie.
Attelage de bœufs.
Départs des voitures de livraison
Salle de Brassage
Pavillon de la Direction.
Le laboratoire.
Les bureaux.
La tour Betting.
Carte postale a été éditée en 2000 exemplaire s, lors de l’exposition « La bière en images. Lorraine 1900 – 1950 » de novembre 1980. Il s’agit de la représentation d’une lithographie des Grandes Brasseries de l’Est (postérieure à 1889) ou Brasseries Viennoises ou Brasserie de M. Galland.